top of page
  • Photo du rédacteurDr Mazelin

Apnées du sommeil chez la femme enceinte : un risque sous-estimé

Dernière mise à jour : 30 mai

L'apnée du sommeil, souvent associée aux hommes et aux personnes âgées, est également un problème de santé significatif pour les femmes enceintes. Cet article explore les risques liés aux apnées du sommeil pendant la grossesse, les signes annonciateurs, le dépistage, et l'impact sur la santé des femmes en général.

Merci à SOS Oxygène de nous avoir offert une tribune pour parler de ce sujet crucial qui nous tient à cœur.

Femme enceinte éveillée la nuit
Sommeil et Grossesse : des nuits souvent compliquées

Qu'est-ce que l'apnée du sommeil ?


L'apnée du sommeil est un trouble caractérisé par des pauses respiratoires répétées pendant le sommeil, résultant en une diminution de l'oxygène dans le sang. Il existe trois types d'apnées du sommeil : obstructive (l'obstruction des voies respiratoires), centrale (absence de signal du cerveau pour respirer), et mixte.


Pourquoi l'apnée du sommeil est-elle préoccupante pendant la grossesse ?


Quels sont les risques ?


Pendant la grossesse, l'apnée du sommeil peut exacerber les complications maternelles et fœtales. Les risques comprennent :

  • Hypertension gestationnelle et prééclampsie : L'hypoxie intermittente et la privation de sommeil peuvent augmenter le risque d'hypertension, pouvant évoluer en prééclampsie.

  • Diabète gestationnel : Le manque de sommeil et l'hypoxie peuvent altérer la tolérance au glucose.

  • Accouchement prématuré : Les complications liées à l'apnée peuvent augmenter les chances d'accouchement prématuré.

  • Problèmes de croissance fœtale : L'apnée peut affecter la santé placentaire, limitant la croissance fœtale.


Quels sont les signes annonciateurs ?


Les signes de l'apnée du sommeil chez la femme enceinte peuvent inclure :

  • Ronflement fort et régulier : Un indicateur principal, souvent accompagné de pauses respiratoires.

  • Somnolence diurne excessive : Un manque de sommeil réparateur conduit à une fatigue excessive pendant la journée.

  • Insomnies et réveils fréquents : Difficulté à rester endormie ou à retourner dormir après un réveil.

  • Maux de tête matinaux : Résultant de l'hypoxie nocturne.

  • Hypertension artérielle : Un signe commun qui peut être aggravé par l'apnée.


Comment se fait le dépistage du SAS chez la femme enceinte ?


Le dépistage du syndrome d'apnée du sommeil (SAS) chez les femmes enceintes implique plusieurs étapes clés :


  1. Évaluation clinique : Les médecins commencent par un examen clinique et des questionnaires pour évaluer les symptômes.

  2. Polysomnographie : L'examen de référence qui enregistre les activités corporelles, respiratoires, cardiaques et neurologique pendant le sommeil. Elle peut se faire en établissement de santé ou parfois en ambulatoire.

  3. Polygraphie : Examen moins précis mais accessible facilement et rapidement. Elle se fait à domicile.

Pourquoi ce sujet est-il sous-estimé ?


L'apnée du sommeil chez les femmes, et particulièrement chez les femmes enceintes, est souvent sous-diagnostiquée pour plusieurs raisons :

  • Biais de genre dans les diagnostics médicaux : Les symptômes de l'apnée chez les femmes peuvent être moins évidents ou différents de ceux des hommes, ce qui peut mener à un diagnostic erroné.

  • Manque de sensibilisation : Ni les patientes ni certains professionnels de santé ne sont suffisamment informés sur l'impact de l'apnée du sommeil pendant la grossesse.

  • Stéréotypes : La perception erronée que l'apnée du sommeil est principalement un problème masculin.


Comment améliorer le dépistage et la prise en charge ?


Informer et sensibiliser :

  • Éducation des professionnels de santé aux spécificités : Formation continue sur les symptômes atypiques de l'apnée chez les femmes.

  • Campagnes de sensibilisation : Informer les femmes enceintes sur les risques et les signes de l'apnée du sommeil. L'ensemble des moyens de communication sont à utiliser et notamment les réseaux sociaux car ils sont devenus aujourd'hui un facteur majeur de prévention des troubles de santé.


Stratégies de gestion :

  • Gestion du poids : Le contrôle du poids pendant la grossesse peut réduire le risque d'apnée.

  • Appareils de pression positive continue (PPC) : Utilisés pour maintenir les voies respiratoires ouvertes.

  • Chirurgie : Dans les cas extrêmes, une intervention chirurgicale peut rarement être nécessaire durant la grossesse. Dans la majorité des cas, l'opération sera repoussée pour après la naissance.


Implications pour la santé des femmes


L'apnée du sommeil ne se limite pas à la grossesse ; elle a des implications à long terme sur la santé des femmes. Les troubles du sommeil peuvent :

  • Accroître les risques cardiovasculaires : Hypertension, insuffisance cardiaque et AVC.

  • Affecter la santé mentale : Dépression, anxiété et troubles cognitifs.

  • Compromettre la qualité de vie : Fatigue chronique et réduction de la productivité.


Conclusion


Le dépistage et la gestion de l'apnée du sommeil chez les femmes enceintes sont essentiels pour assurer la santé maternelle et fœtale. En sensibilisant les professionnels de santé et les patientes, en améliorant les pratiques de dépistage et en proposant des solutions de traitement adaptées, nous pouvons réduire les risques associés à ce trouble souvent sous-estimé.


Les avancées dans la recherche et la pratique clinique permettront de mieux comprendre et traiter l'apnée du sommeil chez les femmes, assurant ainsi une meilleure qualité de vie et des résultats de santé améliorés pour cette population vulnérable.


Nous remercions chaleureusement SOS Oxygène de nous avoir offert une tribune pour discuter de ce sujet crucial. Leur soutien nous permet de sensibiliser davantage de personnes sur l'importance de la santé des femmes et sur les risques spécifiques liés à l'apnée du sommeil pendant la grossesse. En collaborant avec des partenaires comme SOS Oxygène, nous pouvons avancer ensemble pour améliorer les soins et le bien-être des femmes à toutes les étapes de leur vie.


Article rédigé par Dr Loris-Alexandre MAZELIN

4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page