top of page
  • Photo du rédacteurAnne-Lise GAUTHIER

Ronfler, un signe de virilité ?!

Un Voyage dans le temps (du sommeil) de 1985 à 2023


En 1985, une vidéo intitulée "Les ronfleurs" posait une question intrigante : "Est-ce un signe de virilité de ronfler ?"


...38 ans plus tard...


Aujourd'hui, en 2023, Eléa Santé se penche sur cette question, outillée des connaissances scientifiques actuelles et d'une pincée d'humour...





Les ronflements en 1985 : entre mythe et réalité


Dans les années 80, le ronflement était souvent perçu comme un signe de profond sommeil, voire de virilité. Les témoignages de cette époque reflètent une compréhension limitée des implications médicales du ronflement. Imaginez un homme se vantant de ses ronflements sonores, convaincu de sa robustesse, alors qu'en réalité, il jouait peut-être une symphonie d'apnées du sommeil !


Les ronflements en 2023 : un signal d'alarme


En près de 40 ans, le ronflement n'est plus un badge d'honneur, mais plutôt un indice d'anomalie respiratoire nocturne.


Depuis 1985, la science du sommeil a fait des bonds de géant. Nous comprenons maintenant que le sommeil est un processus complexe, essentiel à notre bien-être.  Les ronflements traduisent, nous le savons aujourd'hui, un trouble respiratoire qui n'est pas normal.


Comprendre le ronflement : causes et conséquences


Le ronflement se produit lorsque les voies respiratoires sont partiellement obstruées pendant le sommeil. Cela peut être dû à un relâchement des muscles de la gorge, à une structure anatomique particulière, ou à un surpoids, par exemple. Les conséquences du ronflement chronique vont au-delà du bruit nocturne ; elles peuvent inclure une fragmentation du sommeil, une fatigue diurne, et à long terme, augmenter le risque de maladies cardiovasculaires.


Derrière le ronflement, se cache parfois un syndrome d'apnée du sommeil - une condition où la respiration s'arrête de manière répétitive pendant le sommeil. Elle est également liée à des risques accrus de maladies cardiovasculaires, de fatigue diurne, de troubles de l'humeur, mais également de la mémoire, de la concentration, de la fonction érectile... Alors, messieurs, si vous ronflez, ce n'est peut-être pas votre virilité qui s'exprime, mais votre corps qui demande de l'aide !


Depuis 1985, les méthodes de diagnostic des troubles du sommeil (ventilatoires et neurologiques) ont considérablement évolué. Les polygraphies et polysomnographies sont devenues des outils essentiels pour comprendre les troubles du sommeil. Ces examens permettent de mesurer l'activité respiratoire, les mouvements corporels, l'activité cardiaque, et les cycles de sommeil, offrant ainsi une image complète des perturbations nocturnes.


Ronflement : chasse gardée des hommes ?


Contrairement aux idées reçues des années 1980, le ronflement et le syndrome d'apnée du sommeil ne sont pas exclusifs aux hommes adultes. Les femmes et les enfants sont également concernés. Chez les femmes, les changements hormonaux, en particulier pendant la grossesse ou la ménopause, peuvent augmenter le risque d'SAHOS. Chez les enfants, les causes incluent souvent des amygdales ou des végétations adénoïdes hypertrophiées, pouvant entraver les voies respiratoires pendant le sommeil.


Aujourd'hui, l'éventail des traitements pour les troubles respiratoires du sommeil est vaste.

Rééducation oro linguale, orthèse d'avancée mandibulaire, appareils de pression positive continue, interventions chirurgicales, modifications du mode de vie, thérapies positionnelles.... Chaque traitement est adapté en fonction de la sévérité et de la cause sous-jacente du ronflement.


En conclusion, si nous pouvions remonter le temps et parler à nos ronfleurs de 1985, nous leur dirions : "Ce n'est pas une question de virilité, mais de santé !" Et pour ceux qui partagent leur lit avec un ronfleur, n'oubliez pas : l'amour, c'est aussi encourager votre partenaire à consulter un spécialiste du sommeil.


Après tout, en 2023, nous savons que bien dormir, c'est bien vivre !



Article rédigé par Anne-Lise Gauthier







15 vues0 commentaire
bottom of page